Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-02-21T14:55:17+01:00

ELEME (Kikentai no ichi…)

Publié par Cycy la vache de l'espace

ELEME (Kikentai no ichi…)

C’est au détour d’un forum que, par un hasard extraordinaire (et parce que j’avais posté l’une de ces critiques de 400 kilomètres à faire mourir un modérateur) que j’ai eu la chance de faire la connaissance d’Eleme, une « gentille sorcière », sensible et talentueuse.

Etudiante en arts plastiques, la demoiselle affiche à son tableau de chasse, entre autres, les festivals Japan Expo et Harajuku, et a déjà eu le privilège d’assister à une masterclass avec le scénariste Eiji Otsuka…

Eleme n’est donc pas une débutante, et si elle est pour l’instant inconnue du grand public, son site et ses œuvres enchantent la toile, où elle a déjà ses fans…

Et désormais il faudra me compter parmi eux !

Décidée à en découvrir plus, j’ai littéralement dévalisée sa boutique Dawanda histoire de dévorer ses petits trésors. Ils m’ont confirmé que j’avais rencontré une auteur et dessinatrice de talent, avec une grande sensibilité, un univers riche, mystique et onirique, un adorable sens de l’humour et un magnifique trait de dessin.

Il y une vraie « féminité » dans son travail. De la rondeur, des courbes fines et déliées, de la douceur et un petit parfum de magie…

On l’imagine sans peine dessinant des couvertures de roman d’hroïc fantasy ou de la prochaine réédition du cycle du graâl…

C’est pourtant la culture japonaise qui transparait le plus dans son travail. Admiratrice de Clamp, Yuu Watase, Tsukasa Hojo, Kiriko Nananan ou encore Miyazaki, ses influences se mêlent à d’autres : Vanyda, Nabi, Bonnard… Et même Walt Disney !

En se penchant sur ses différents projets, on parvient à mieux cerner l’âme derrière l’artiste…

  • « Lettres d’amour jamais envoyées ».

Il s’agit d’un recueil de poèmes, écrits et illustrés par Eleme. On y ressent la mélancolie, la peur, le doute. Les illustrations, elles , se réfèrent beaucoup à la nature. J’ai eu l’impression que ces écrits concernaient une période assez ancienne, c’est pourquoi j’en parle en premier. La Eleme que j’ai rencontré me paraît beaucoup plus radieuse, heureuse et épanouie que celle qui a écrit ces poèmes…

  • « Winter lux aeternia »

Il s’agit d’une collaboration. Eleme en est l’illustratrice et le texte est de Mina-Ligeia. On est dans le domaine de la « nouvelle graphique », le croisement hybride entre un manga de 12 pages et beaucoup de texte. L’histoire d’amour impossible et tragique entre un ange et un lycan… Si, au premier abord, l’ambiance du texte donne un côté visuel plutôt fouillis , il ressemble aussi à cette continuelle chaîne de mots que constitue une prière. Le résultat est assez intriguant, mais pas inintéréssant.

  • « Renaître »

Ce titre, qui allie lui aussi nouvelle et dessin, est en revanche l’œuvre d’Eleme seule. C’est à mon sens son livre le plus déconcertant. Il y a un vrai contraste entre l’extrême douceur du dessin, et l’ambiance de l’histoire, un hui clos insoutenable et à l’issue inattendue, entre une jeune fille perturbée qui fait des rêves prémonitoires, et son médecin. J’avoue que je me demande encore si j’ai bien compris la fin, mais ce n’est pas désagréable d’être surprise !

  • « Joyeux Noël Père Noël ! »

Tout à fait à l’opposé des titres que je viens de citer, Eleme est aussi l’auteur d’un conte pour enfants, joyeux, charmant, lumineux, chaleureux, plein d’innocence et de poésie.

J’en avais commandé un exemplaire, toujours aussi admirablement dessiné, pour en faire le bonheur d’une préado à Noël… Et elle en a été enchantée !

Ma critique littéraire a déclaré que les dessins étaient « trop jolis ».

Et la vérité sort toujours de la bouche des enfants…

Enfin, des préadolescents aussi. XD

J’en arrive à ce qui est pour l’instant l’œuvre la plus aboutie d’Eleme :

  • « Kikentai no ichi »

Ici encore une collaboration entre Eleme au dessin et Haku au scénario.

On est ici en présence d’un global manga, au vrai sens du terme. Un joli travail de l’artisanat français, une série pour l’instant composée de deux tomes d’une quarantaine de pages chacun, mais j’espère de tout cœur qu’il y aura une suite !

L’histoire est le parcours d’Elise, une jeune française volontaire et pleine d’humour, qui entre à la fac. Outre les galères estudiantines telles que « comment décrocher un boulot même si on a totalement raté l’entretien d’embauche », Elise va intégrer un club de kendo et se passionner pour celui-ci… Tout en croisant le chemin de deux gaçons, dont l’un, un étudiant japonais, est aussi un kendoka redoutable…

J’ai particulièrement adoré ces deux premiers épisodes de « Kikentai no ichi », qui, à mon grand désespoir, se croquent trop vite sous la dent !

Bien sûr, le résultat n’est pas parfait, il y a quelques maladresses, mais elles sont compensées par l’enthousiasme, l’énergie positive et l’humour qui émane de ces pages. Eleme et Haku parviennent à éviter certains clichés, et plaisanter avec d’autres. Surtout, l’histoire n’est jamais mièvre et sirupeuse, comme on peut le craindre d’un shojo. On serait plus, ici, dans un « shonen féminin ». L’action, l’humour, la personnalité des personnages, même secondaires, l’emportent sur le sentimental… D’ailleurs, pour l’instant, il n’est pas encore réellement question de romance, et le compagnon le plus fidèle de l’héroïne est son bâton de Kendo. Féministe sans perdre sa féminité. C’est une leçon dont beaucoup d’œuvres « professionnelles » devraient s’inspirer, tant les cruches y pullulent à foison.


Pour conclure, voici ce que je souhaiterais ajouter : Eleme n’est pas seulement une artiste formidable, c’est aussi une fille adorable.
Alors que je ne lui avais demandé que deux dédicaces pour ne pas l’épuiser, elle a prit soin d’ajouter un petit dessin et des mots gentils sur absolument tous les livres que je lui ai commandé, et chacune de ces dédicaces est en soi une petite merveille. Elle a aussi ajouté plein d’attentions charmantes dans l’enveloppe : une carte de vœux très touchantes, des marque-pages, des illustrations… Toutes plus choupinous les unes que les autres.
(Ah ! Cette chouette ! Elle est à croquer ! ^-^)
Enfin, elle a fait un travail tout à fait remarquable sur une aquarelle que je lui ai commandé, une version « sorcière » de ma modeste personne, accompagnée d’une adorable petite vache volante ! Je n’ose imaginer le temps qu’Eleme a passé dessus. Le dessin, les couleurs, les détails… Tout y est parfaitement sublime…
Surtout, on y ressent que ça lui faisait plaisir de travailler dessus pour me l’offrir… Je crois que les personnes aussi gentilles et qui se souçient autant du bonheur des autres sont devenues rares et précieuses, ces derniers temps…
Eleme a autant de cœur que de talent, et je reste vraiment admiratrice devant autant de qualités.

Si vous souhaitez vous aussi découvrir l’univers d’ Eleme, n’hésitez pas à visiter son blog :
http://www.la-plume-d-eleme.com/eleme_0910/
et sa page Facebook
https://www.facebook.com/eleme.plume

Pour ma part je la remercie encore pour tout le bonheur que sa rencontre et ses créations m’ont apportées !
http://dawandaimages.s3.amazonaws.com/Product2/34852/34852433/product_l/1346780989-324.jpghttp://dawandaimages.s3.amazonaws.com/Product2/34852/34852433/product_l/1346780989-324.jpg

 ELEME (Kikentai no ichi…)

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog